L’intelligence animale et végétale – une discussion de Boris Cyrulnik et Jean-Marie Pelt

« Néanmoins la différence entre l’esprit de l’homme et celui des animaux supérieurs, aussi grande soit-elle, est certainement une différence de degré et non de nature. Nous avons vu que les sentiments et les intuitions, les diverses émotions et facultés, tels que l’amour, la mémoire, l’attention, la curiosité, l’imitation, la raison etc., dont l’homme se fait gloire, peuvent se trouver à l’état naissant, ou même parfois bien développé, chez les animaux inférieurs. » Darwin, La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe, 1871

« Car les bêtes s’engendrent, se nourrissent, se fortifient comme notre corps; elles boivent, mangent, dorment comme nous, parce que nous sommes entièrement semblables aux bêtes par le corps, et que toute la différence qu’il y a entre nous et elles c’est que nous avons une âme et qu’elles n’en ont pas. » Malebranche, De la recherche de la vérité.

 

MATIÈRE À RÉFLEXION :

 

L’incroyable geste de Wounda à Jane Goodall :

 

Les macaques du Japon au sauna : les nantis … et les autres :

 

L’intelligence du corbeau :

 

Un perroquet d’opéra :

 

L’intelligence des plantes :

 

 

 

Gregory Colbert - Ashes and Snow

Partagez!